0 Appel à témoignages

Le vent se lève… !

Le 6 janvier dernier, par sms interposés, le président Guillaume Pepy nous présentait des vœux très appuyés et nous souhaitait « une année 2014 sous le signe de l’excellence du service aux clients et de la satisfaction au travail », bref « une excellente année ».

Mais du côté des salariés concernés, force est de constater que l’enthousiasme est moins perceptible, tant il est difficile de travailler dans une entreprise qu’ils ne reconnaissent plus, de surcroit à la veille d’une réforme qui mutilerait ce qu’il en reste.

Si ce sentiment submerge les plus anciens dont la plupart n’ont qu’une ambition, partir au plus vite, les derniers sondages internes montrent pour la première fois une moindre adhésion des plus jeunes à un management et une stratégie qu’ils jugent au mieux incompréhensible ; le sentiment de manquer de moyens et d’encouragement pour bien faire son travail étant par ailleurs de plus en plus partagé par tous.

Crise de confiance à la SNCF ?

C’est pourquoi Cadres Libres souhaite s’arrêter sur le malaise grandissant dans notre entreprise, où même la « majorité silencieuse » se laisse aller à un discours critique vis-à-vis d’une stratégie et de ses résultats aux antipodes des discours tenus par les dirigeants :

  • Pour le relayer et chercher à le dépasser,

  • Pour tenter de passer d’un constat, « déprimant » pour certains, « fatal » pour d’autres, à la construction d’un projet porteur d’espoir pour tous.

  • Pour créer un espace de débats et d’expression à votre disposition, un lieu de libre parole, d’échange et de confrontation, pour ensemble tenter de tracer des pistes de construction collective.

Loin de la recherche d’un statu quo sourd à son environnement, nous tentons d’être des acteurs efficaces pour donner un sens à la construction d’un nouveau service public ferroviaire, véritable héritage collectif devant répondre aux exigences contemporaines.

Postez votre contribution !

La situation vous interpelle, vous voulez exprimer vos préoccupations ? Déposez votre contribution !

Les questions ne manquent pas, voici les nôtres :

  • La question du statut de notre entreprise et de son personnel revisitée à l’aune de la fierté professionnelle.

  • La réalisation d’un travail ou d’une production de qualité en se heurtant à une organisation déficiente que l’on tente de compenser par des exigences de disponibilités atteignant les limites du supportable.

  • La subordination au quotidien à des contraintes de nature à empêcher l’exercice du métier, de sa mission, de son professionnalisme, de ses compétences.

  • La dégradation des conditions de travail, d’emploi, le mal-être voire la souffrance au travail.

  • La question de corps social commun RFF / SNCF au cœur de la réforme.

  • Le caractère public de notre entreprise et la question de l’éthique dans les services publiques. Doit-on aussi parler de résistance, voire de désobéissance ?

  • Réforme Ferroviaire : en quoi va-t-elle nous permettre :

    • de mieux travailler, de mieux exercer nos métiers ?

    • de questionner nos fonctionnements, plutôt de nature aujourd’hui à compliquer la communication entre cheminots qu’à faciliter la prise de décision ?

    • de nous réapproprier le sujet de l’organisation du travail et de ses performances, de sa nature et de son sens ?

    • de préserver les missions historiques de l’Infrastructure: sécurité des circulations, régularité et conservation du patrimoine ?

    • Comment la réalité de la production peut devenir la dimension centrale de cette réforme ?

C’est à vous: contribuez!

Pas encore de commentaires.

Commenter cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
Attention, ce nom sera publié. Choisissez un pseudo si vous souhaitez rester anonyme.

 

  • Newsletter

    [mc4wp_form id="1762"]