Les directions d'entreprises n'ont pas le monopole de la performance.

0 Yves Clot parle du travail au Social Club

Yves Clot est professeur de la chaire de psychologie du travail au CNAM.

Son intervention au Social Club SNCF du 15 janvier 2014 était particulièrement stimulante! En voici une synthèse, lisible en peu de temps.

Prendre le temps d’en parler

A propos de parler du travail, on me dit souvent qu’on n’a pas le temps. Moi je dis que du temps il y en a. On perd beaucoup de temps dans les organisations. Il suffit de penser à tout ce temps que l’on passe dans des réunions où l’on ne parle de rien. Et pourtant rien n’est plus dangereux que la parole inutile, qui ne débouche sur rien, c’est mauvais pour la santé.

Les directions n’ont pas le monopole de la performance

Il faut s’occuper du bien faire, de la qualité du travail, c’est une notion centrale. La performance, quand on est efficace, c’est un facteur de santé.

Personne n’a le monopole de la performance (le propos visait ici les directions d’entreprise qui n’imaginent pas que les travailleurs ont aussi leur idée de la performance par rapport à ce qu’ils font).

Développer la controverse

Il est important de développer la controverse (le débat qui accepte les désaccords et la contradiction) professionnelle. Cela permet d’identifier les conflits de critères (rentabilité/gains de productivité contre service de qualité au client et conditions de travail qui vont bien, par ex).

Mais la controverse n’est pas le conflit pour le conflit : la controverse  permet d’identifier les conflits sur les critères à partir desquels instruire les dossiers pour prendre des décisions (car il faut prendre des décisions). Considérer le réel, faire les bons diagnostics, ça crée des conflits et c’est normal que ça existe. Nul ne peut imaginer raisonnablement que tout le monde soit d’accord sur le sens à donner au travail et à la définition de sa qualité.

Quand il n’y a pas de conflits sur le travail, il y a des querelles qui portent sur les relations, les gens. Il y a forcément trop de querelles quand il n’y a pas assez de conflits (notamment autour des critères du travail bien fait)

Avoir de l’autorité, une position d’autorité, et faire autorité ce n’est pas la même chose. La qualité du travail est LE terrain du conflit des critères.

Le social n’est pas un risque

La notion de « risques psycho-sociaux » marche sur la tête, il serait plus juste de parler de ressources psycho-sociales, de celles que l’on doit mobiliser pour faire du bon travail.

Le social ne peut pas être un risque si on en fait une instance de délibération au service d’un professionnalisme délibéré.

La question  centrale, c’est comment installer le travail d’organisation dans l’organisation ainsi que le processus de décision (pour faire du bon travail).

Bien sûr Yves Clot s’adressait, dans le cadre du social club, à des cadres de la SNCF.

 

 

Pas encore de commentaires.

Commenter cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
Attention, ce nom sera publié. Choisissez un pseudo si vous souhaitez rester anonyme.

 

  • Newsletter

    [mc4wp_form id="1762"]