0 Des services dédiés aux salariés

Conciergeries, salle de sport, relaxation… Des entreprises affichent leurs bonnes intentions en se dotant de services dédiés aux salariés. Vitrine social ou réel effet bénéfique? Des petits plus destinés à les faire rester plus longtemps au boulot?

Nestlé a décidé de décliner son concept commercial de « bien être » en interne pour qu’il profite à ses salariés et imprègne « l’esprit d’entreprise ». En Suisse, le siège international a été doté en 2009 d’un « Wellnes center ». Un « temple du bien être », dixit un communiqué du groupe: restaurant, club de fitness, sauna et hammam, centre médical et associations de sports et loisirs. 31 millions d’euros investis devant être rentabilisés par un gain de motivation et d’efficacité.

Septicisme

La CGC de Nestlé réagit alors: « Combien d’heures supplémentaires non payées, combien de licenciements et de départs volontaires, combien de bonus non versés, combien de restructurations et d’externalisations pour arriver à tout cela? » Chez Generali, l’Unsa dénonce le passage d’une époque où tous les salariés parisiens ont été regroupés dans un même bâtiment avec plein d’activités et aujourd’hui: la cafétéria est devenue un espace de présentation des politiques, la conciergerie n’est plus mise en avant, et, en même temps, le management est devenu agressif, les réorganisations permanentes et la gestion humaine n’est plus qu’une vitrine.

Transfert du domestique dans l’entreprise

De plus en plus d’entreprises, considérant que la réduction du stress de leurs salariés passent par un allègement de leurs contraintes quotidiennes, se dotent d’une conciergerie d’entreprise: pressing, retouches, cordonnerie, lavage des autos, démarches administratives, emploi d’une aide ménagère… Pour gagner du temps et équilibrer vie professionnelle et vie privée.

Gadget ou réel effet bénéfique?

Pour autant, n’est-il pas paradoxal de vouloir contribuer à cet équilibre en transférant la sphère des loisirs dans celle de l’entreprise? S’il s’agit d’imposer aux salariés – aux cadres en particulier – de rester plus longtemps au bureau, l’acquis n’est-il pas contestable? Pour réduire le stress des salariés, la première réflexion à avoir n’est-elle pas en priorité celle de l’organisation du travail et du management au quotidien?

Lire aussi sur Cadres libres:
Bien-être et travail sont-ils compatibles?
Ce qu’attendent les cadres de leurs dirigeants et des syndicats
Les témoignages…

 

Pas encore de commentaires.

Commenter cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
Attention, ce nom sera publié. Choisissez un pseudo si vous souhaitez rester anonyme.

 

  • Newsletter

    [mc4wp_form id="1762"]