photo-cl

C'est d'abord de sa gestion industrielle inadaptée que Fret SNCF est mort, pas de son coût du travail. C'est de cela aussi que la branche Voyageurs peut un jour mourir.

0 Ecart de compétitivité et coût du travail

En pleine négociation sur la réécriture de la réglementation du travail, la direction de la SNCF, évalue à 20 à 30% (mesurés comment d’ailleurs?)  l’écart de compétitivité entre la SNCF et les entreprises ferroviaires alternatives. Elle attribue opportunément tout cet écart au coût du travail.

Dit avec moins de précaution: la concurrence entre les entreprises du secteur serait affaire de concurrence entre leurs salariés. L’emporterait le compétiteur qui saurait appliquer le moins disant social.

Loin de moi l’idée de négliger le coût du travail. Encore faut-il le remettre à la place qu’il mérite. Lire la suite…

0 Parlons Sécurité

Depuis 2013, avec les accidents de Brétigny et d’Eckwersheim, ce sont 19 personnes qui ont trouvé la mort dans des accidents ferroviaires. Nous avons été tous moralement atteints par ces terribles évènements. Nous pensons aux victimes et à leurs proches.

Il y a quelques semaines, nous avons diffusé notre dernière publication traitant de la Sécurité. Les questions posées restent entières.

Partons de deux postulats :

Le chemin de fer est un système industriel à risques par nature, produit en temps réel. Le système ferroviaire est un système complexe fortement intégré, aux composants très imbriqués les uns avec les autres. La qualité de cette intégration et la vision d’ensemble sont essentielles à sa performance et à la sécurité.

Et parce qu’en matière de sécurité c’est la conscience du risque qui est majeure, Cadres libres interroge:

Le rôle de la Direction Sécurité-Système? Quelle loyauté pour les cadres? Le poids de la sécurité peut-il reposer sur le dernier maillon? Quelle compétence sécurité des dirigeants SNCF? Qu’a-t-on changé depuis Brétigny ?

Pour télécharger le  Cadres libres n° 13 – novembre 2015

0 Soupçons de marchés truqués entre IBM et la SNCF

« La justice s’intéresse à des marchés suspects remportés par IBM à la SNCF. Des marchés qui renvoient au ‘deal du siècle’ signé en 2008 et 2009 entre la compagnie ferroviaire et Big Blue. »

Télécharger l’article de Reynald Fléchaux du 27/05/2016 sur silicon.fr

Lire aussi Marchés IBM : ne pas oublier la mobilisation des cheminots sur ce site.

0 Sécurité ferroviaire : la com’ ou des moyens pour la prod?

La période récente, marquée par plusieurs catastrophes ferroviaires, a conduit la Direction à annoncer une série de mesures.

Les annonces

Le 27 novembre dernier, en réaction au déraillement du TGV-Est à Eckwersheim, un Temps Réel annonçait 3 mesures sous le titre « Rigueur absolue partout, tout le temps et à tous les niveaux de l’entreprise » (« rigueur » qui n’avait donc plus cours ? ) : Lire la suite…

Le témoignage du chef de l’Office Central Banlieue à Paris Gare de Lyon en poste le 27 juin 1988

2 « Accident de la Gare de Lyon en 1988, je me souviens… »
Nous avons, comme cadres, pu être confrontés à des sujets concernant la sécurité, que nous exercions dans un domaine directement lié à la sécurité ou non. Nous avons pu vivre des situations difficiles, notamment parce que nous n’avons pas trouvé les solutions adéquates, que nous n’avons pas ressenti le soutien nécessaire de la hiérarchie ou parce que le système est trop souvent d’une grande froideur devant ce qui touche profondément un être humain.
Le récit qui suit témoigne d’une de ces situations. Cadres libres est ouvert à d’autres contributions.

« Ce lundi 27 juin 1988, j’étais depuis 3 mois, chef de l’OCB (Office Central Banlieue) à Paris Gare de Lyon. Depuis mon embauche à la SNCF, en 1984, c’était mon 3eme poste d’encadrement. Mi-juin, en plus des missions classiques liées au poste, à savoir la gestion des rames et du personnel de conduite de la banlieue sud-est, j’avais repris les fonctions de chef de gare pour la gestion des voies, des quais et du poste d’aiguillage de la gare souterraine.

Lire la suite…

0 Encadrement SNCF: changer les têtes plutôt que les mentalités ?

La « modernisation » de la SNCF par l’ouverture de son marché du travail d’encadrement.

Cet article d’Alex ALBER au sujet d’une étude interne sur l’encadrement SNCF montre en quoi la diffusion de logiques managériales au sein d’un marché interne concourt à le fragiliser, voire à remettre totalement en cause ses logiques fondatrices.

En s’appuyant sur des données quantitatives et qualitatives au sujet des cadres de la SNCF, l’article se penche sur les évolutions récentes de l’entreprise publique.

La première partie illustre les lignes de fracture idéologiques existant au sein d’un encadrement majoritairement vieillissant et issu de la promotion interne. La «modernisation » n’est pas, loin s’en faut, consensuelle dans l’entreprise. Lire la suite…

On subit la dictature de la ponctualité et des comptes sur la sécurité.

1 Enquête sécurité: sortons du déni et agissons!

Les premières analyses de la direction concernant  l’enquête sécurité me laissent perplexe.

Il en ressort une lecture où tout est lisse ou presque. Autour de moi j’entends dire « tout ça pour ça ».  J’aimerais qu’on prenne les problèmes à bras le corps, mais je m’interroge : l’entreprise s’accordera-t-elle les moyens supplémentaires et les investissements nécessaires aux réalités du terrain ?

J’ai le sentiment qu’on se met la tête dans le sable, qu’on est dans le déni de la réalité et qu’on subit la dictature de la ponctualité et des comptes sur la sécurité.
L’enquête mentionne clairement les dangers de comportements déviants (allant parfois jusqu’aux 20% de non application stricte des procédures) concernant la sécurité. Lire la suite…

0 Enquête sécurité: les résultats

Les résultats de l’enquête interne sécurité, réalisée du 8 septembre au 3 octobre 2014, sont publiés. Lire la suite…

0 Enquête sécurité: des résultats très loin d’ « excellence 2020 »

S’agissant des résultats de l’enquête sécurité

On peut notamment s’étonner du % qualifié « bon », donnée pages 7 et 8 ainsi que pages 26 et 27, de la perception  des cheminots, puisqu’il inclut le niveau d’évaluation « assez bon ». Lire la suite…

1 Enquête sécurité: commentaires d’ordre statistique

Je crois utile d’apporter quelques commentaires d’ordre statistique sur le graphique de la page 4 (de l’ENQUETE INTERNE SECURITE – decembre 2014).

1) La période choisie (2008-2012) est trop brève par rapport à ce type d’évènement. Lire la suite…

0 Pourquoi parler du travail ?

Coût du travail ou utilité sociale?

La notion de coût du travail est imposée dans le débat public par les partisans d’une forte pression sur les salaires et du débat sur la compétitivité/rentabilité des salariés.

Mais il y a aussi une autre manière d’aborder le thème du travail: elle consiste à s’interroger sur le sens et la finalité du travail, ce que l’on peut appeler le travail bien fait, et cela dans la perspective de son utilité sociale. Lire la suite…

0 Un GIU d’accord… mais comment, avec qui et pourquoi ?

Dans la réforme du système ferroviaire, un consensus existe sur la nécessité de réunir les missions de l’Infra dans une seule entité. La question de la séparation entre ses missions et celles des autres activités ferroviaires se pose. Ce n’est pas l’objet de cette contribution de cadres de RFF et de SNCF. Elle vise à attirer l’attention des décideurs sur les éléments indispensables à la réussite de la « construction » d’un GIU en donnant la parole aux femmes et aux hommes en charge de ces missions. Lire la suite…

0 Expression des salariés

Le droit d’expression des salariés est une disposition figurant dans le code du travail. Ceci est repris dans le référentiel interne à la SNCF, dans le texte RH 0142. Mais les modalités inscrites dans le document sont-elles respectées et appliquées, notamment lors de réflexions liées à des projets de changement ? Ces sujets constituent pourtant autant de thèmes privilégiés pour l’expression des salariés (modification de l’implantation de bâtiment, aménagement d’horaires, restructuration de taches). Lire la suite…

0 Appel à témoignages

Le vent se lève… !

Le 6 janvier dernier, par sms interposés, le président Guillaume Pepy nous présentait des vœux très appuyés et nous souhaitait « une année 2014 sous le signe de l’excellence du service aux clients et de la satisfaction au travail », bref « une excellente année ».

Mais du côté des salariés concernés, force est de constater que l’enthousiasme est moins perceptible, tant il est difficile de travailler dans une entreprise qu’ils ne reconnaissent plus, de surcroit à la veille d’une réforme qui mutilerait ce qu’il en reste.
Lire la suite…

0 Transport-Mouvement: métiers d’interface

L’Institut des Métiers a publié en juin 2012 le n°7 de sa revue Prospective consacré à la filière Transport Mouvement ,  produit des deuxièmes journées de l’Institut organisées en février 2012 . Lire la suite…